Jueves, 22 de noviembre de 2012
Publicado por negraycriminal @ 8:24
Comentarios (0)  | Enviar

Festival de Paris Noir. Presencia entre otros, de Craig Johnson, del que Siruela ha editado en España

, Fria Venganza, traducida por María Porras, la primera novela protagonizada por el sfheriff Walt Longmire.

Jean Desaubry, escribe para el foro 813:

Étonnant Craig Johnson. Ou plutôt, non, si conforme à ce que son personnage récurrent offre d’humanité, qu’il vérifie une fois de plus l’adage qui veut qu’on aime l’homme (ou la femme) quand on aime ses écrits.

Ses principales caractéristiques : bavard, rieur, humain, profondément attaché à la nature du Wyoming dont il parle si bien, et à ses amis Indiens.

Il parle de ses héros avec une tendresse touchante. Des femmes à forte personnalité, dont il avoue être un peu amoureux, le sheriff Walt Longmire qu’il a doté de ses propres qualités et défauts avec quand même un effet loupe ! C’est avec la même empathie qu’il raconte l’admiration qu’il porte, lui, écrivain, aux indiens Crow et Cheyenne, pauvres parmi les pauvres dans l’Amérique triomphante de Wall Street. Leur spiritualité, leur sens aigu de l’humour n’ont pas fini de l’émerveiller.

C’est sans doute cette capacité qui fait de Craig Johnson un écrivain remarquable.

Encore une fois, on ne peut que se réjouir que son éditeur, Oliver Gallmeister, nous ait déniché cette pépite et l’ait confié à Sophie Aslanides, la traductrice de Johnson. On attend avec impatience le mois de février pour un « Dark Horse » dont on nous promet qu’il nous entraînera très loin, plus loin encore au fond des montagnes du Wyoming.

 


Comentarios